Au point le plus bas de Zurich, à 123 mètres au-dessous du niveau du sol se trouve le plus grand réservoir non seulement de Suisse, mais aussi d’Europe : les halles de Lyren à Altstetten ont une capacité de 60 millions de litres d’eau, assez pour remplir 375 000 baignoires. Ce qui est beaucoup, mais c’est ce que la ville consomme un quelconque jour ouvrable en une demi-heure.
cemsuisse_title_header_print_logo

Cemsuisse"

Verband der Schweizerischen Cementindustrie

search_text_legend

Début secteur de contenu

Début navigateur

  • Accueil
    •     Production
      •     Matières première...

Fin navigateur


Matières premières

La production d'une tonne de clinker nécessite l'utilisation d'environ 1,5 tonne de matières premières, principalement du calcaire et de la marne. L'industrie suisse du ciment a produit en 2016 environ 4,4 mio de tonnes de ciment. Cela a entraîné la consommation de 5,1 mio de roches (calcaire et marne) extraites de carrières locales et de 421'000 tonnes de matières premières de substitution.

Depuis des années déjà, les cimenteries suisses remplacent les matières extraites des carrières par des matières de substitution - dans la mesure du possible sur les plans technique et chimique. Il s'agit notamment de : cailloux provenant du percement de tunnels, déblais non pollués, sols imprégnés d'huile à la suite d'accidents, ainsi que  de déchets appropriés extraits de sols à assainir. Les cendres provenant des combustibles de substitution correspondent chimiquement, à maints égards, aux matières premières nécessaires à la fabrication du ciment; elles se transforment par conséquent en clinker - le produit qui sort du four et qui deviendra ensuite du ciment. La valorisation de ces matières de substitution permet d'une part de ménager les carrières locales, d'autre part de réduire les frais d'élimination de ces déchets, incombant aux pouvoirs publics.

Le recours à des matières premières de substitution dans la production de ciment est ainsi judicieuse sur les plans tant écologique qu'économique. Malgré les efforts de l'industrie du ciment dans cette direction, cette solution ne semble pouvoir porter que sur quelques pour cent des besoins de cette branche, car la composition chimique des matières admises dans la production doit être strictement respectée à l'intérieur de marges de tolérance étroites.

Pour en savoir plus sur la production de ciment en accord avec le principe de durabilité, nous vous suggérons de vous rendre sur les sites Internet de nos membres:


Réussir sur une vaste échelle et à long terme n’est possible que si l’on parvient à concilier la protection de l’environnement, la responsabilité sociale et les contraintes de l’économie. Voilà pourquoi Holcim s’engage expressément au service de la durabilité. Il faut que notre environnement offre un cadre de vie accueillant aux générations futures!



Pour Jura, la notion de durabilité n'est pas juste un mot qui sonne bien. Nous sommes parfaitement conscients des répercussions de nos activités sur nos collaborateurs, la société et la nature. Toutes les usines du groupe JURA sont certifiées selon les normes ISO 9001, ISO 14001 et la spécification OHSAS 18001. Au moment nous sommes en train d'intégrer des exigences de la norme ISO 50001 : gestion d'énergie, dans notre système de gestion. L'évidence des améliorations constantes auxquelles nous nous engageons est renforcée par ces obligations.



Notre politique commerciale s’articule autour d’objectifs à long terme. Nous attachons beaucoup d’importance à la gestion durable. Dans notre travail quotidien, nous ménageons les ressources naturelles. Actuellement, 70 – 80 % de l’énergie nécessaire à notre production de ciment provient de combustibles de substitution, tels qu’huiles usagées, bois usagé, solvants, farines animales et autres combustibles de substitution entre autre des boues d’épuration. Nous livrons 50 pour cent de nos produits par le rail.


Fin secteur de contenu




http://www.cemsuisse.ch/cemsuisse/produktion/rohmaterial/index.html?lang=fr